L’objet du mois : Joannès Drevet, témoignage de la vie lyonnaise

IMG_3058

Joannès Drevet (1854 – 1940)

Joannès Drevet est un peintre et graveur lyonnais, issu d’une lignée de graveurs renommés dont son ancêtre Pierre Drevet. Son fils Joanny Drevet (1889 – 1969) sera également un graveur célèbre. Issu d’une famille aisée, il réalise durant sa jeunesse de grands voyages en Algérie et en Italie, séjourne à Paris et visite de nombreuses régions françaises, à la manière du Grand Tour.

Formé aux arts en autodidacte, Joannès Drevet ne se sent pas concerné par les courants artistiques et les maîtres de son temps. On note trois grandes périodes artistiques dans sa production : l’huile sur toile de 1879 à 1890, l’eau-forte de 1890 à 1923, puis l’aquarelle dans la dernière partie de sa vie, des problèmes de vue le contraignant à stopper ses travaux de gravure.

Roger Lucas dans son ouvrage Joannès Drevet  de 1972 nous donne une estimation du nombre d’œuvres réalisées par Drevet : « 150 huiles, 3 000 dessins au trait, 500 planches gravées, 50 monotypes, 2 000 plumes et lavis et 2 000 aquarelles ».

Son œuvre représente principalement des vues de Lyon, ville où se trouve son atelier, ainsi que des paysages du Lyonnais, du Dauphiné et des Alpes. Il nous laisse ainsi un témoignage des mutations du paysage urbain et naturel de la région lyonnaise au début du XXème siècle, comme notre lavis en est l’exemple.

 

Un témoignage des mutations urbaines de Lyon

« Je me suis gardé de faire un fidèle portrait de la Nature. J’ai voulu simplement fixer pour moi-même, les impressions délicieuses de ces beaux pays. »  Joannès Drevet

Notre lavis étant situé « Rue de l’Hôtel de Ville » et daté du 10 janvier 1930 par son auteur, j’ai voulu identifier le bâtiment en construction que l’on y voit. Il s’agit du n°41 rue du Président Edouard Herriot, un imposant immeuble néo-Louis XVI construit sur les plans de l’architecte Robert Giroud, Grand Prix de Rome, surtout connu pour la réalisation de l’Hôtel de Ville de Villeurbanne (surnommé « Gratte-Ciel »). Actuellement, cet immeuble abrite la boutique Zara.

Une rue, des automobiles, des passants, un bâtiment en construction, des échafaudages, des grues, l’indication « Soie » en devanture d’un magasin… Moment « volé » de la vie lyonnaise, fraction de seconde immortalisée sur le papier par Joannès Drevet. Avec ses impressions, passées à la postérité, il nous offre une fois de plus un beau témoignage de la vie de son époque.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s